Un souffle de poésie

Des poèmes d'auteurs connus ou méconnus ainsi que ceux des membres du forum.
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Arthur Rimbaud

Aller en bas 
AuteurMessage
Veritseger
Admin
Veritseger

Nombre de messages : 439
Localisation : Spleenant, mais pas à Paris...
Date d'inscription : 22/06/2007

Arthur Rimbaud Empty
MessageSujet: Arthur Rimbaud   Arthur Rimbaud Icon_minitimeMer 7 Nov - 18:01

C'est par lui qu'a commencé mon amour de la poésie... Il n'était peut-être qu'un sale gosse fugueur, mais qu'importe? Ses vers sont tellement forts... Il est l'un des poètes français les plus connus, mais sans aucun doute à juste raison.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Rimbaud

Voici mon poème préféré:

Le Bal des Pendus


Au gibet noir, manchot aimable,
Dansent, dansent les paladins,
Les maigres paladins du diable,
Les squelettes de Saladins.

Messire Belzébuth tire par la cravate
Ses petits pantins noirs grimaçant sur le ciel,
Et, leur claquant au front un revers de savate,

Les fait danser, danser aux sons d'un vieux Noël !

Et les pantins choqués enlacent leurs bras grêles
Comme des orgues noirs, les poitrines à jour
Que serraient autrefois les gentes damoiselles
Se heurtent longuement dans un hideux amour.

Hurrah ! les gais danseurs, qui n'avez plus de panse !
On peut cabrioler, les tréteaux sont si longs !
Hop ! qu'on ne sache plus si c'est bataille ou danse !
Belzébuth enragé racle ses violons !

Ô durs talons, jamais on n'use sa sandale !
Presque tous ont quitté la chemise de peau ;
Le reste est peu gênant et se voit sans scandale.
Sur les crânes, la neige applique un blanc chapeau :

Le corbeau fait panache à ces têtes fêlées,
Un morceau de chair tremble à leur maigre menton :
On dirait, tournoyant dans les sombres mêlées,

Des preux, raides, heurtant armures de carton.

Hurrah ! la bise siffle au grand bal des squelettes !
Le gibet noir mugit comme un orgue de fer !
Les loups vont répondant des forêts violettes :
A l'horizon, le ciel est d'un rouge d'enfer..

Holà, secouez-moi ces capitans funèbres
Qui défilent, sournois, de leurs gros doigts cassés
Un chapelet d'amour sur leurs pâles vertèbres :
Ce n'est pas un moustier ici, les trépassés !

Oh ! voilà qu'au milieu de la danse macabre
Bondit dans le ciel rouge un grand squelette fou
Emporté par l'élan, comme un cheval se cabre :
Et, se sentant encor la corde raide au cou,

Crispe ses petits doigts sur son fémur qui craque
Avec des cris pareils à des ricanements,
Et, comme un baladin rentre dans la baraque,
Rebondit dans le bal au chant des ossements

Au gibet noir, manchot aimable,
Dansent, dansent les paladins,
Les maigres paladins du diable,
Les squelettes de Saladins.

_________________
Là où le silence et la solitude
Croisent la nuit et le froid,
J'attendis comme on attend en vain,
Si net et si précis était le vide.

Sophia de Mello Breyner
Revenir en haut Aller en bas
http://veritseger.bloxode.com
Veritseger
Admin
Veritseger

Nombre de messages : 439
Localisation : Spleenant, mais pas à Paris...
Date d'inscription : 22/06/2007

Arthur Rimbaud Empty
MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Arthur Rimbaud Icon_minitimeMer 7 Nov - 18:04

Voyelles.

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

_________________
Là où le silence et la solitude
Croisent la nuit et le froid,
J'attendis comme on attend en vain,
Si net et si précis était le vide.

Sophia de Mello Breyner
Revenir en haut Aller en bas
http://veritseger.bloxode.com
Veritseger
Admin
Veritseger

Nombre de messages : 439
Localisation : Spleenant, mais pas à Paris...
Date d'inscription : 22/06/2007

Arthur Rimbaud Empty
MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Arthur Rimbaud Icon_minitimeSam 1 Mai - 11:45

Honte

Tant que la lame n'aura
Pas coupé cette cervelle,
Ce paquet blanc, vert et gras,
A vapeur jamais nouvelle,

(Ah ! Lui, devrait couper son
Nez, sa lèvre, ses oreilles,
Son ventre ! et faire abandon
De ses jambes ! ô merveille !)

Mais non ; vrai, je crois que tant
Que pour sa tête la lame,
Que les cailloux pour son flanc,
Que pour ses boyaux la flamme,

N'auront pas agi, l'enfant
Gêneur, la si sotte bête,
Ne doit cesser un instant
De ruser et d'être traître,

Comme un chat des Monts-Rocheux,
D'empuantir toutes sphères !
Qu'à sa mort pourtant, ô mon Dieu !
S'élève quelque prière !

_________________
Là où le silence et la solitude
Croisent la nuit et le froid,
J'attendis comme on attend en vain,
Si net et si précis était le vide.

Sophia de Mello Breyner
Revenir en haut Aller en bas
http://veritseger.bloxode.com
Veritseger
Admin
Veritseger

Nombre de messages : 439
Localisation : Spleenant, mais pas à Paris...
Date d'inscription : 22/06/2007

Arthur Rimbaud Empty
MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Arthur Rimbaud Icon_minitimeLun 10 Sep - 13:15

Aube

J’ai embrassé l’aube d’été.

Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte. Les camps d’ombres ne quittaient pas la route
du bois. J’ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes
se levèrent sans bruit.

La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.

Je ris au wasserfall blond qui s’échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.

Alors je levai un à un les voiles. Dans l’allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l’ai dénoncée au coq.
A la grand’ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre,
je la chassais.

En haut de la route, près d’un bois de lauriers, je l’ai entourée avec ses voiles amassés, et j’ai senti un peu
son immense corps. L’aube et l’enfant tombèrent au bas du bois.

Au réveil il était midi.

Arthur Rimbaud, Illuminations

_________________
Là où le silence et la solitude
Croisent la nuit et le froid,
J'attendis comme on attend en vain,
Si net et si précis était le vide.

Sophia de Mello Breyner
Revenir en haut Aller en bas
http://veritseger.bloxode.com
Contenu sponsorisé




Arthur Rimbaud Empty
MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Arthur Rimbaud Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Arthur Rimbaud
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arthur Rimbaud.
» vw60 je me présente
» Arthur Rimbaud
» Les lieux des écrivains
» Merci à Arthur RIMBAUD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un souffle de poésie :: Poètes français :: 19ème siècle-
Sauter vers: